Ces rêves qu’on piétine • Sébastien Spitzer

Ces rêves qu’on piétine • Sébastien Spitzer

MyPrettyBooks - Blog Littéraire

On continue la découverte des parutions de la rentrée littéraire avec un premier roman qui faisait déjà beaucoup parler de lui avant même sa sortie. Merci aux éditions de l’Observatoire pour cette lecture. Ce roman est en librairie depuis le 26 août.

View original post 770 mots de plus

Ces rêves qu’on piétine – Sébastien Spitzer – Service de Presse

Garoupe

Titre : Ces rêves qu’on piétine

Auteur : Sébastien Spitzer

Éditeur : Editions de l’Observatoire

Le bruit des bottes

Une chose est sûre, on sent tout de suite quand un livre sort « des tripes » et quand il est le simple, mais déjà complexe, fruit d’un travail. Ces « rêves qu’on piétine » relèvent de la première catégorie même si l’auteur y a fait un travail de recherche considérable pour rendre crédible la moindre de ses entorses à une réalité qui n’est pas toujours connue.

Sébastien Spitzer a donc puisé dans une quantité phénoménale de faits historiques, pour la plupart anonymes, pour en conserver une « substantifique moelle » qui crée la colonne verticale de ce premier roman.

Choisir ainsi de mêler deux trajectoires opposées et pourtant reliées entre elles relève du défi. Assumé et réussi qui plus est.

Les deux fils narratifs de ce roman sont d’une part la fuite d’Ava, gamine née dans…

View original post 561 mots de plus

Ces rêves qu’on piétine – Sébastien Spitzer

Sur la route de Jostein

Titre : Ces rêves qu’on piétine
Auteur : Sébastien Spitzer
Premier Roman
Éditeur : Les Éditions de l’Observatoire
Nombre de pages : 305
Date de parution : 23 août 2017

D’un côté, la marche épuisante de juifs ayant quitté le camp de Stöcken, libérés par l’armée russe, pour encore tomber dans les guet-apens de villageois allemands. Beaucoup mourront mais Fela qui a connu tant de degrés dans l’horreur doit survivre pour cet enfant, Ava, née dans un camp, pour que le secret d’Aimé caché dans un rouleau de cuir soit dévoilé au monde.

De l’autre, la froideur de Magda Goebbels, mère de six enfants et femme du gauleiter, bras droit d’Hitler, enfermée dans le bunker où le führer et ses proches vont mourir. Elle ne pense qu’à son fils aîné, né d’un premier lit et à cet amour perdu, Viktor.
«  Son souvenir la hante, et avec lui sa honte…

View original post 307 mots de plus

« Ces rêves qu’on piétine » de Sébastien Spitzer

LittéLecture Blog

Rentrée littéraire Editions de l’Observatoire. Parution le 23/08/17.

Cette époque restera à jamais gravée dans toutes les mémoires. Comment oublier ces moments de détentions, de tortures, d’humiliation qu’ont vécu des milliers de personnes, sans autre cause que leur religion, leur croyance ? Des milliers de personnes détenues dans des camps de concentration… dont les plus « chanceuses » seront appelées les survivants.

Mais pour y arriver, à cette liberté, ils ont déambulé sur des chemins cahoteux, à bout de force, sous les insultes, les brimades, couverts de quelques haillons en guise de vêtements, accablés par la faim, par les douleurs physiques et mentales…  L’Allemagne est bombardée, sa chute est proche. Dans son sillon, la fin de cette guerre nous livre ces histoires, leurs histoires, mais en son centre, tout tourne autour de celle qu’on appelait Magda Goebbels.

Dans son rôle de 1ère dame du Reich, elle ne se laisse pas impressionner. Même…

View original post 308 mots de plus

Chut c’est un secret avec Sébastien Spitzer

~ Entre les lignes ~

Sébastien Spitzer a vécu plusieurs vies avant de se tourner vers l’écriture. Journaliste et reporter, il publie son premier roman, « Ces rêves qu’on piétine » en cette rentrée littéraire. Un roman sur le prix et la force des rêves. Magistral.

©Thibault Puyfontaine

View original post 1 278 mots de plus

Écologie- Ecco

 » Les trottoirs de nos villes sont couverts de vagabonds. Auparavant, il y avait des papiers gras, de vieux journaux, des emballages de chewing-gums, des prospectus, dès mégots de cigarettes. Nous faisons désormais attention (…) Sur nos chaussées ne traînent que des êtres sales emballés dans de multiples couches de vêtements nauséabonds qu’ils maculent de vomissures, d’urine et d’excréments » – Philippe Claudel Inhumaines, éditions Stock. Un décapant puissant. Pour toutes les « bonnes maisons » !

Beauté 

« Les Anglaises n’ont pas de défaut physique, c’est le physique qui leur fait défaut (…) L’Angleterre fait des femmes à l’image de son climat. Il faut du soleil pour la beauté, un souvenir ancestral de ciel bleu qui se transmet intact, à travers les générations. Nos femmes (anglaises) sont pluvieuses »  – Antoine Sénanque. Jonathan Weakshield, ed. Grasset.