Radicale

« La violence de ses sentiments, la pente abrupte de son caractère en font, si on veut, une héroïne russe (…) Elle n’aurait aucune hésitation, dit-elle, à tuer un tchékiste dans l’exercice de ses fonctions, mais elle le sauverait en train de se noyer ».

Olivier Rolin, avant-propos de « Révoltée » de Evguenia Laroslavaskaia-Markon – Le Seuil.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s